Le Madrid d’Ernest Hemingway

  • El Madrid de Ernest Hemingway
    El Madrid de Ernest Hemingway.jpg

La ville a bien changé depuis la première visite d’Ernest Hemingway en 1923, mais encore aujourd’hui il est possible de visiter certains établissements, hôtels et musées qui inspirèrent l’écrivain pour écrire plusieurs de ses œuvres comme Mort dans l’après-midi ou Le soleil se lève aussi. Nous vous invitons à suivre ses pas.

 

 

L’écrivain séjourna avec sa famille dans cette pension entre 1923 et 1926, d’après son premier biographe Carlos Baker, plus précisément dans la chambre numéro 7 de cet établissement que l’on peut visiter aujourd’hui.

Cet hôtel aujourd’hui appelé Tryp Gran Vía se vante sur sa façade d’avoir reçu la visite de l’écrivain. Hemingway parle de cet hôtel dans ses ouvrages Veillée d’armes et La Cinquième Colonne.

Cet hôtel est cité dans quelques pages de l’ouvrage Le soleil se lève aussi : Jake et Brett, où il décrit la grande amabilité avec laquelle le barman de ce grand hôtel travaille.

Comme l’explique le propriétaire du restaurant, Hemingway y venait souvent pour manger du cochon de lait rôti. Il raconte que son grand-père essaya d’apprendre à l’écrivain à préparer une paella, sans grand succès… La dernière scène du roman Le soleil se lève aussi se déroule dans ce restaurant.

Dans son ouvrage La Dénonciation, Hemingway évoque ce bar comme un symbole de son affection pour ses vieux habitués et d’autres étrangers comme lui en Espagne. L’une des scènes de sa pièce de théâtre La Cinquième Colonne se déroule dans ce bar.

Dans un article publié dans le magazine Life intitulé L’été dangereux, Hemingway se souvient de cette brasserie située sur la place Santa Ana en plein centre-ville idéale pour boire une bière ou un café.

Dans Mort dans l’après-midi, un classique de la littérature taurine, l’auteur explique que ceux qui veulent en savoir plus sur les corridas ou qui s’y intéressent doivent tôt ou tard se rendre à Madrid.

L’écrivain était un passionné des œuvres de ce musée. Il salua même la décision du Gouvernement en 1936 de transférer certaines œuvres majeures de la pinacothèque à Valencia pour éviter leur destruction lors des bombardements qui s’abattirent sur Madrid jusqu’en 1939.

Ce parc est également cité dans l’ouvrage Pour qui sonne le glas, lors des rêveries de Robert Jordan qui évoque un parc avec des jardins peuplé d’une grande variété d’arbres à Madrid dans lequel lui et Maria pourraient vivre heureux.

Le Jardin Botanique est également cité dans l’ouvrage Pour qui sonne le glas, cette fois-ci comme un reflet de l’odeur de mort qui approche, en référence au dénouement de la guerre.

  • La ville à travers les récits et sur les traces de plusieurs des meilleurs écrivains au monde: Cervantes, García Lorca, Hemingway, Neruda, etc.

    Guide: Littérature à Madrid (PDF)
  • Guide Littérature à Madrid
  • Suivez la trace de l'écrivain le plus célèbre de l'histoire du castillan à travers des rues de Madrid et d'Alcalá, sa ville natale.

    Le Madrid de Cervantès
Publicité
  • Voyagez dans le Madrid du XVIIe siècle, décor des aventures du célèbre capitaine, signées Pérez-Reverte.

    Le Madrid d’Alatriste
  • El Madrid de Alatriste - La rendición de Breda o  Las lanzas - Diego Velázquez
Publicité

PRODUITS OFFICIELS

Admirez la vue au sommet de ce belvédère de 92 mètres de haut.

Trajets à volonté pour visiter la ville à votre rythme.

Téléchargez la App des chefs-d'œuvre du Prado, Thyssen et Reina Sofía.

Publicité